Peine de Mort pour les Accusés du #ViolCollectifdeDelhi, mais s’agit-il d’une Justice #Partielle ?

Traduit de lOriginal par Roxane Metzger
Gangrape-convicts_1579785gNeuf mois après les terribles agression et viol collectif d’une étudiante dans un bus à Delhi, le 10 septembre 2013, un tribunal indien a condamné des coupables. Il a déterminé que 4 des 6 hommes impliqués étaient coupables de viol collectif et de meurtre, et a prononcé que leur intention avait été de donner la mort. Le tribunal a indiqué que le fait de l’avoir éventrée avec une barre de fer, de l’avoir jetée hors d’un bus en mouvement, puis d’avoir essayé de l’écraser, était l’équivalent d’une intention de donner la mort.

Le 13 septembre, le tribunal a condamné les 4 hommes à mort, selon la loi indienne autorise la peine capitale pour punir « les plus rares des affaires rares ». Un autre homme impliqué, celui qui avait utilisé la barre de fer, et qui était le plus brutal du gang, a été jugé en tant que jeune, et donc condamné à la peine légère de 3 ans dans une maison de correction, en accord avec la loi indienne. Le sixième homme, mort en prison, s’est apparemment suicidé.

Cependant, une question subsiste. Et, alors que l’affaire monte vers les tribunaux les plus hauts, nous espérons que le public et les médias vont faire pression afin d’obtenir des réponses aux questions sans réponses listées ci-dessous.

Les réponses à ces questions sont très importantes pour deux raisons :

1) Afin de s’assurer qu’une justice complète est faite à la victime.  Ceci veut dire que tous ceux qui ont été impliqués dans l’affaire, du moment des faits au moment de la mort doivent répondre légalement de leur rôle.

2) Afin de s’assurer que cette affaire soit bien un tournant pour un changemet plus large qui va bouleverser le système social, politique, criminel, légal et judiciaire, qui ne tolère pas seulement l’escalade de violence contre les femmes en Inde, mais la perpétue également à travers la misogynie rampante, l’apathie et la corruption.

VOICI LES QUESTIONS:

1) LE RÔLE DE LA POLICE: L’ami de la victime, qui a aussi été tabassé et qui est le seul témoin de l’affaire ayant survécu, a déclaré dans des interviews ultérieures que la police était arrivée 45 minutes après l’appel à l’aide sur la scène du crime, mais aussi que les policiers sont restés sans rien faire pendant un long moment, débattant entre eux pour savoir dans quel périmètre et donc à quels policiers l’affaire appartenait, alors que la victime était toujours allongée sur la route et qu’elle saignait à mort ! La police a résolument nié cela. Puisque le tribunal accepte le témoignage de ce survivant en ce qui concerne les accusés, pourquoi ses déclarations sur la police ne devraient-elles pas être également acceptées ? Légalement, n’est-il pas important de vérifier pourquoi la police a refusé les déclarations du témoin, pourquoi ils n’ont pas appelé une ambulance immédiatement après avoir vu l’état de la victime, et pourquoi la victime n’a pas été emmenée à l’hôpital le plus proche ? Ce délai aurait-il pu jouer un rôle dans la perte de sang et la détérioration de l’état de la victime, et donc nuire à ses chances de survie ?

2)  LE RÔLE DES HÔPITAUX:  A l’hôpital , la victime et son ami ont été abandonnés par terre, où ils sont restés longtemps gisant, sans aucun vêtements, frigorifiés et saignant, avant qu’on leur donne une aide médicale. On ne leur a même pas donné de couverture avec laquelle se recouvrir. Ce délai aurait-il pu jouer un rôle dans la perte de sang et la détérioration de l’état de santé de la victime, et donc nuire à ses chances de survie ?

3) LE RÔLE DE LA POLITIQUE:  Après que la victime a été opérée, une fois que son état s’était stabilisé, et qu’elle avait à peine commencé à communiquer, on lui a fait subir un interrogatoire exténuant, par deux fois ! Les deux déclarations étaient presque identiques, et apparemment ces deux interrogatoires étaient le résultat d’un conflit d’ego entre différentes agences. Pourquoi la victime a-t-elle été obligée de répéter sa déclaration, surtout dans son état fragile, alors qu’une seule déclaration aurait suffi ? Quel impact ce stress, qui lui a été imposé avec apathie, a-t-il eu sur son état de santé ?

4) LE RÔLE DU GOUVERNEMENT: La victime a été transférée à un hôpital de Singapour contre l’avis des médecins qui s’occupaient d’elle depuis le début. Un voyage, particulièrement par voie aérienne, pour une personne dans son état était déconseillé, mais on nous dit que cette décision n’a pas été prise par ses médecins, mais par des responsables gouvernementaux. Pourquoi l’avis de l’équipe de médecins qui avait stabilisé la victime a-t-il été outrepassé ? Quels sont les agences et les responsables gouvernementaux qui ont été directement impliqués dans cette décision, et pourquoi l’ont-ils prise ? La famille de la victime est pauvre, elle n’est pas éduquée ; elle a du suivre ce qu’on lui disait. Qu’a-t-on précisément dit à la famille? Si la victime avait eu une famille riche, qui avait pu payer des médecins privés, des avocats puissants et des conseillers légaux, qu’aurait-elle fait dans les mêmes circonstances ?

5)  LE RÔLE DE LA CORRUPTION: Pourquoi l’accusé Ram Singh, qui s’est apparemment suicidé en prison, n’a-t-il pas été mis en isolement, sous surveillance spéciale afin d’éviter un suicide ? Ram Singh avait un passé criminel. Il avait apparemment harcelé et épousé de force une femme, qui a été tuée en l’espace d’un an dans des circonstances inexpliquées. Quelle est la probabilité qu’un tel sociopathe se suicide ? Serait-il possible que Ram Singh ait été assassiné, comme l’ont affirmé ses avocats, parce qu’il aurait pu divulguer des informations qui devait être supprimées ? Comment un homme avec un tel passé criminel a-t-il pu être embauché pour conduire ce bus, qui servait apparemment aussi de bus scolaire ? Le bus fonctionnait grâce à des permis illégaux donnés par des responsables des transports, et les papiers du bus ont, paraît-il, « disparu ». Qui a été impliqué dans le fait d’accorder des permis illégaux à ces bus ? Étant donné le schéma de cette agression, la manière dont le couple a été attiré à bord, puis attaqué, n’est-il pas probable que ce bus, ou peut-être beaucoup d’autres bus illégaux qui sillonnent la ville aient, de la même manière, attiré à bord des femmes qui ne se méfiaient pas, puis les aient agressées ? Il est très peu probable que les femmes, surtout si elles sont à l’université, issues de la classe moyenne ou même si elles travaillent, dénonceraient de telles agressions à cause de la barrière culturelle de « classe » qui leur impose le silence. Lors du récent viol collectif d’une photojournaliste à Mumbai, il est clair que le « gang » avait aussi pris pour cible d’autres victimes. Ram Singh aurait-il pu fournir un témoignage pour confirmer la même chose à propos de l’affaire de Delhi ? A quel point cette information serait-elle connue de la police et des autorités ayant délivré son permis au bus ?

6) LE RÔLE DES TRIBUNAUX: Bien que ce procès ait été l’objet d’une procédure accélérée au tribunal, il a fallu 9 mois pour qu’une condamnation et une peine soient prononcées. Ce fut en fait « plus rapide » que pour la plupart des affaires en Inde, qui traîne en longueur pendant plusieurs années. L’une des raisons de ce traitement « rapide » était la mobilisation de soutien public, ainsi que les médias nationaux et internationaux, qui ont maintenu la pression pour que cette affaire soit jugée. Cependant, les tribunaux indiens peuvent aller plus vite ! Ceci est évident, par exemple lors de l’affaire du viol collectif d’une touriste suisse en Inde, à la mi-mars. Dans l’obscurité de la forêt, elle n’a pas pu voir les visages de ses agresseurs. Cependant, non seulement tous les agresseurs ont été localisés et arrêtés rapidement, mais une peine de prison à vie a aussi été prononcée contre eux en 4 mois. Alors pourquoi l’affaire de Delhi a-t-elle été plus longue à être jugée, malgré l’existence de témoins oculaires et l’identification des violeurs par les deux victimes ?

© The 50 Million Missing Campaign. Tous Droits Réservés. Pour partager, merci de vous référer à nos conditions de copyright.

 A PROPOS DE LA TRADUCTRICE

Roxane Metzger est l’éditrice/coordinatrice du blog francophone de la 50 Million Missing Campaign.

Publicités

À propos THE 50 MILLION MISSING CAMPAIGN
This is a global campaign against female genocide in India that raises public awareness about factors like female feticide, infanticide, intentional starvation, and dowry murders that have annihilated more than 50 million women from India in 3 generations. Please support our petition for the enforcement of relevant laws in India.

One Response to Peine de Mort pour les Accusés du #ViolCollectifdeDelhi, mais s’agit-il d’une Justice #Partielle ?

  1. Ping: Présentation de la 50 Million Missing Campaign à une classe en France | The 50 Million Missing Campaign: Les 50 Millions Manquantes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :