Farooq Abdullah: La Révolution #Féministe de l’#Inde Commence ! Vous N’avez Encore Rien Vu !

Farooq Abdullah extreme R at the inauguration of an all-women bank!

 

Traduit de l’Original par Roxane Metzger

Lorsqu’un ministre indien, Farooq Abdullah, entra au Parlement, il fit cette déclaration : « J’ai peur de parler aux femmes. En fait, je n’ai même pas envie d’avoir une femme secrétaire, Dieu m’en garde, cela pourrait finir en plainte contre moi et je pourrais me retrouver en prison. Voilà l’état des choses aujourd’hui. Je conviens que les incidents de viol ont augmenté… mais à un moment, ceci doit s’arrêter. »

Il réagissait aux deux cas récents d’une femme journaliste travaillant pour le magazine Tehelka [lien vers un article en anglais] et d’une stagiaire en droit travaillant pour un juge de la Cour Suprême indienne, qui ont déposé plainte pour harcèlement sexuel et agression sexuelle contre leurs employeurs sur leur lieu de travail, ce qui souleva un tollé général de l’opinion publique et des médias. Le fondateur de Tehelka, Tarun Tejpal, a maintenant été emprisonné, inculpé de viol. Et un Comité de la Cour Suprême a décidé que le juge en question, le juge Ganguly, était responsable d’une « conduite importune verbale et non-verbale de nature sexuelle» dans une chambre d’hôtel au mois de décembre 2012. Il y a une demande grandissante de l’opinion publique pour qu’une action de justice soit lancée contre lui.

 

En Inde, bien que la loi contre le harcèlement sexuel [la Loi Vishakha] soit vieille de 15 ans, la plupart des institutions, y compris la Cour Suprême, n’a pas adopté les méchanismes/instructions obligatoires afin de traiter les plaintes existantes pour harcèlement sexuel.

Ces deux cas de femmes s’exprimant sur les violences sexuelles qu’elles ont vécues sont rares en Inde ! Et pourtant, ils semblent perturber les hommes qui ont des positions importantes. On entend déjà parler de magazines qui ne veulent pas engager de femmes journalistes et de cabinets d’avocats qui chuchotent qu’ils vont éviter les femmes stagiaires !

Le message que ces hommes semblent nous envoyer est celui-ci : La prédation sexuelle sur les femmes est une prérogative masculine dans le monde du travail ! Soit les femmes s’y soumettent, soit nous vous excluons purement et simplement du monde du travail !

 

revolution movement

Les femmes en Inde doivent s’unir et pousser vers l’avant.  Ces deux femmes ont montré le chemin ! Et davantage de femmes doivent sortir du silence.

Nous ne devons nous contenter de rien de moins que l’égalité des chances professionnelles, l’égalité de la dignité humaine et des droits humains dans nos lieux de travail et dans nos foyers.

 

© The 50 Million Missing Campaign. Tous droits réservés. Pour partager, merci de vous référer à nos conditions de copyright.

A PROPOS DE LA TRADUCTRICE

Roxane Metzger est l’éditrice/coordinatrice du blog francophone de la 50 Million Missing Campaign.

Publicités

À propos THE 50 MILLION MISSING CAMPAIGN
This is a global campaign against female genocide in India that raises public awareness about factors like female feticide, infanticide, intentional starvation, and dowry murders that have annihilated more than 50 million women from India in 3 generations. Please support our petition for the enforcement of relevant laws in India.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :