Les #Femmes #Indiennes Voteront-elles pour Faire Partir les #Violeurs et les Tueurs du Gouvernement lors de l’#Election de 2014 ?

vote none of the aboveTraduit de l’Original par Roxane Metzger

Alors que l’Inde se rend aux urnes du 7 avril au 12 mai 2014, la 50 Million Missing Campaign appelle toutes les femmes indiennes à voter «NOTA » afin de constituer un gouvernement qui leur garantisse la sécurité. « NOTA » est une possibilité donnée aux citoyens indiens pour la première fois lors de ces élections, et il signifie « None of The Above » – Aucune des Options Proposées Ci-dessus. Lorsqu’un électeur ou une électrice appuie sur le bouton « NOTA », il ou elle indiquera qu’il ou elle rejette tous les partis politiques et leurs candidats et candidates se présentant dans cette élection.

 POURQUOI LA COUR SUPREME INDIENNE A-T-ELLE MIS EN PLACE LA POSSIBILITE DE VOTER « NOTA » ?

why are rapists sitting in parliamentAu cours des deux dernières décennies, on s’est sérieusement inquiété de la présence toujours croissante de criminels dans le gouvernement indien et au sein des partis politiques du pays. A chaque élection, l’inclusion de ces criminels augmente. Lors de l’élection de 2004, 24% des Membres du Parlement (« MPs ») faisaient l’objet d’inculpations pénales. Lors de l’élection de 2009, ce nombre avait grimpé à 30%, dont la majorité faisait l’objet de graves inculpations pour viol, meurtre, extorsion d’argent et d’autres formes de violence contre les femmes, telles que des agressions sexuelles, du harcèlement, et de la violence liée à la dot, violence pouvant aller jusqu’au meurtre. Les statistiques concernant les responsables politiques criminels par état sont effrayantes. Par exemple, 50% des MPs venant de l’état de Jharkhand, et 48% des MPs venant de l’état de Maharashtra étaient inculpés pour crime. Les criminels qui font partie du gouvernement indien n’ont pas intérêt à voir l’instauration de lois pour la protection des femmes et de tous les citoyens se réaliser. En effet, on assiste à la mise en place de beaucoup de pressions et de machinations politiques afin de permettre à de tels crimes et délits d’être commis en toute impunité. Il a souvent été remarqué que le viol et d’autres crimes violents contre les femmes constituent presque des « avantages », des « privilèges » politiques dont jouit le système. Récemment, la Cour Suprême indienne a tenté de débarrasser le gouvernement de ses criminels, suscitant une immense résistance. Le parti au pouvoir, le parti du Congrès, a même essayé de forcer le passage d’une Ordonnance pour passer outre l’initiative de la Cour Suprême. En mettant en place le bouton « NOTA » l’une des options de vote ouverte aux citoyens indiens, la Cour Suprême de l’Inde a en fait exprimé son impuissance à débarrasser le gouvernement indien du crime et des criminels. Dans son adresse aux citoyens, la Cour Suprême a déclaré : « Lorsqu’un grand nombre de votants appuieront sur le bouton « NOTA », cela forcera les partis politiques à choisir de meilleurs candidats. »
Le bouton « NOTA » est facile à localiser. Il s’agit du DERNIER bouton sur la liste de candidats de la machine électronique utilisée par les citoyens indiens pour voter lors de cette élection. Il y sera inscrit « None of the Above – NOTA ».

EN QUOI TOUS LES PARTIS POLITIQUES SONT-ILS ANTI-FEMMES ?
say no to violence no more silence1. TOUS LES PARTIS RECRUTENT OSTENSIBLEMENT DES VIOLEURS ET DES TUEURS : Tous les partis qui se présentent à l’élection de cette année sans exception connaissent une hausse dans le nombre de leurs politiciens qui ont un passé criminel. Des deux plus grands partis du pays, 48 MPs du parti du Congrès et 46 MPs du Bharatiya Janata Party (BJP, de tendance nationale-hindouiste) font l’objet d’inculpation pénales. La majorité est inculpée pour des crimes graves – des viols et des meurtres.
2. TOUS LES PARTIS S’ASSOCIENT A DES PERSONNES ET ENTITES QUI OPRESSENT LES FEMMES DE MANIERE SYSTEMATIQUE : Ceux-ci incluent des groupes et chefs religieux, comme Asaram (maintenant reconnu coupable d’une série de viols et d’agressions sexuelles de petites filles), Ram Dev (qui défend publiquement des méthodes utilisées pour obtenir des fils au lieu de filles), ainsi que des chefs musulmans (comme Maulana Tauqeer Raza ) qui lancent des fatwas contre les femmes qui s’opposent à leur diktats fondamentalistes et misogynes. Tous les partis politiques forment aussi des alliances avec des khap panchayats (conseils de villages) qui sont connus pour tenir des tribunaux fantoches, et prononcer des peines extrajudiciaires comme des « crimes d’honneur » et des viols en réunion.
3. LES LEADERS POLITIQUES SONT RESPONSABLES DANS DES CAS DE GRAVES CRIMES D’ATTEINTES AUX DROITS DE L’HOMME UNIVERSELS : Les deux leader et/ou candidat au poste de premier ministre des deux plus grands partis, le Congrès et le BJP, sont aussi responsable d’avoir été directement impliqués dans, ou de protéger ceux qui sont responsables pour les massacres et viols de masses systématiques des minorités ethniques et culturelles. En 2002 eut lieu une attaque systématique et planifiée contre les musulmans dans le Gujarat , et des milliers d’entre eux furent tués, violés et mis à la rue. Narendra Modi, l’homme qui était alors « chief minister », ou chef du gouvernement de l’état du Gujarat [L’Inde a un système politique fédéral, où chaque état a aussi son gouvernement] et que beaucoup de membre de sa propre administration ont désigné comme un membre actif du complot qui a mené à cette attaque, est le candidat du BJP au poste de Premier Ministre de l’Inde. Une attaque similaire, aussi systématique contre les Sikhs eut lieu à Delhi en 1984, lorsque des milliers de Sikhs furent tués, violés et mis à la rue, avec la collusion implicite du Premier Ministre alors en fonction, Rajiv Gandhi. Les hommes de main de Gandhi dont on sait qu’ils ont organisé le massacre et les viols en question continuent à être protégés par Sonia Gandhi, la veuve de Rajiv Gandhi, qui est aussi la chef actuelle du parti du Congrès. En effet, Mme Gandhi les récompense même en leur donnant des positions politiques. Les organisations de défense des droits de l’Homme en Inde qui ont vu leurs plaintes bloquées à de nombreuses reprises par les tribunaux indiens tentent à présent de poursuivre Sonia Gandhi pour son obstruction de la justice ainsi que pour sa protection de ces criminels des droits de l’Homme dans un tribunal à New York.
4. TOUS LES PARTIS ACCUEILLENT DES HOMMES ET FEMMES POLITIQUES QUI VIOLENT OSTENSIBLEMENT LES DROITS DES FEMMES : Certains chefs de partis comme Mamata Banerjee, chef du All India Trinamool Congress (TMC, le parti au pouvoir dans le Bengale Occidental) ont blâmé les femmes victimes de viols à de nombreuses reprises, comme l’ont fait plusieurs autres membres de son parti, alors même que l’état qu’elle gouverne est celui qui connaît le plus de viols et d’autres crimes violents contre les femmes. Des partis comme le Samajwadi Party (SP – parti socialiste) dans l’Uttar Paradesh, état avec l’un des taux de viols les plus élevés du pays, ont promis d’ « atténuer » les lois contre le viol s’ils gagnent cette élection ! A New Delhi, le ministre de la justice du gouvernement de l’état, membre d’un nouveau parti, le « parti de l’homme ordinaire » (Aam Aadmy Party, ou AAP) a mené une foule de lyncheurs aux foyers de femmes africaines, enfreignant ensuite la loi qu’il était censé défendre en exigeant de la police, contre tout protocole légal, qu’elle arrête les femmes pour la seule raison que la foule hargneuse affirmait qu’elles se prostituaient.

 

 

POURQUOI TOUTES LES FEMMES INDIENNES DOIVENT VOTER « NOTA »

women unite nota

L’Inde est aujourd’hui classée quatrième dans les pays les plus dangereux pour les femmes dans le monde. Mais comme les trois autres pays connaissent des troubles civils massifs, l’Inde est en fait la démocratie la plus dangereuse pour les femmes dans le monde. L’Inde a exterminé 20% des femmes de sa population de manière systématique à travers l’infliction de toutes les formes de violence. Cela se reflète dans la baisse du pourcentage de femmes dans le nombre d’électeurs. C’est un message aux femmes de l’Inde, leur disant qu’il n’y a pas de place pour elles dans ce pays. Elles ne seront pas même autorisées à survivre ! C’est un génocide sans précédent au niveau mondial.

Alors pourquoi les femmes de l’Inde n’ont-elles pas trouvé en elles une voix unie et forte, ainsi que l’élan pour protester et résister contre cette violence génocidaire dans tout le pays ?
Peut être parce que les femmes indiennes sont tellement enfermées dans leurs identités de religion, de caste et de clan qu’elles ont perdu de vue leur identité en tant que « femmes ». Les femmes indiennes sont-elles si perdues qu’elles ne voient pas que la violence qui les extermine à travers les infanticides, les meurtres de dots, les crimes d’honneur et les viols les affectent toutes ?
Peut être que les partis politiques en sont responsables, utilisant sournoisement les différences de religion, de caste et de classe pour semer la discordance entre les indiens.
Peut être même que les libéraux indiens en sont aussi responsables, défendant les droits d’un groupe, mais faisant le silence sur les violations des droits d’un autre, causant ainsi des divisions entre les indiens. Lorsque le Prix Nobel Amartya Sen a déclaré qu’il ne voterait pas pour le BJP et Modi parce qu’il faut protéger les minorités musulmanes, il aurait du aussi souligner qu’il ne voterait pas pour le Congrès parce qu’il faut protéger les minorités Sikh. Au lieu de cela, il a défendu Sonia Gandhi ! Il faut en effet protéger tous les droits humains, de tous les groupes ! Quand la militante sociale Arundhati Roy s’est exprimée contre les viols de femmes musulmanes spoke out against the rapes of Muslim women dans l’état du Kashmir par l’armée indienne, elle aurait du s’exprimer également contre les viols et meurtres infligés aux minorités Sikhs et Hindous de manière systématique dans l’état du Kashmir qui ont forcé leur exode de masse. Elle aurait du parler contre le contrôle croissant des Talibans dans le Kashmir qui augmente ses diktats oppressants les femmes, les forçant à porter le voile, les menaçant d’attaques à l’acide si elles portent des jeans, chantent, dansent ou se rendent à l’école.
Toutes les femmes sont des êtres humains. Et comme tels nous avons des droits humains. Peu importe quel groupe viole ces droits, ou à quel groupe appartient une femme dont les droits sont violés. L’oppression d’une femme est l’oppression de toutes les femmes.
En tant que femmes nous ne pouvons pas nous permettre de nous soumettre en silence à cette violence et à cette extermination opérée par l’Inde et son système de gouvernement criminel. Pour que cela change, les femmes de l’Inde doivent s’unir et faire notre demande pour la sécurité et la liberté à travers UNE SEULE ET MEME VOIX !
LA 50 MILLION MISSING CAMPAIGN APPELLE DONC TOUTES LES FEMMES INDIENNES VOTER« NOTA » AFIN DE DIRE AUX PARTIS POLITIQUES QUE NOUS NE TOLERERONS PLUS DE VIOLEURS ET DE TUEURS AU GOUVERNEMENT !

 

© The 50 Million Missing Campaign. Tous droits réservés. Pour partager, merci de vous référer à nos conditions de copyright.

A PROPOS DE LA TRADUCTRICE

roxane metzger smallRoxane Metzger est l’éditrice/coordinatrice du blog francophone de la 50 Million Missing Campaign.

 

 

 

 

 we demand constitutional rights of women

 

Publicités

À propos THE 50 MILLION MISSING CAMPAIGN
This is a global campaign against female genocide in India that raises public awareness about factors like female feticide, infanticide, intentional starvation, and dowry murders that have annihilated more than 50 million women from India in 3 generations. Please support our petition for the enforcement of relevant laws in India.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :