Quand Les Ecoles Sont Dangereuses Pour Les Filles, Peut-On Parler d’Education ?

Traduit de l’original par Roxane Metzger

Le Premier Ministre Modi a récemment  déclaré à l’occasion d’une réunion nationale d’étudiants, qu’il avait l’intention de faire de l’éducation des filles une priorité indienne. Il a dit que son gouvernement avait mis en place plusieurs mesures afin de s’assurer que l’éducation soit une réalité pour toutes les filles, en construisant des toilettes spécialement pour elles, par exemple. Il y a des états en Inde où la moitié des écoles n’ont pas de toilettes, et ce problème mérite certainement de l’attention. 

Cependant, la 50 Million Missing Campaign pense que l’un des problèmes les plus graves, qui doit être traité de toute urgence, est l’escalade de viols et de violences contre les filles à l’école ou sur le chemin pour y aller ou en revenir.

De plus en plus, les écoles sont vues comme des endroits dangereux pour les filles en Inde. C’est l’une des raisons principales pour lesquelles beaucoup de familles des régions rurales et des bidonvilles refusent d’envoyer leurs filles à l’école, et les marient souvent à un très jeune âge. En fait, les rapports d’agressions sexuelles sur des fillettes se font aussi de plus en plus nombreux dans les écoles privées urbaines, où les parents dépensent beaucoup d’argent pour envoyer leurs enfants à l’école. De manière très surprenante, même ces écoles privées protègent les criminels et refusent aussi de prendre la responsabilité de la sécurité de leurs élèves. Récemment, dans la ville de Bangalore, des parents se sont insurgés car des écoles privées – profitant du manque d’écoles dans la ville – avaient voulu leur faire signer un formulaire de décharge disant qu’ils ne tiendraient pas les établissements pour responsable si leurs enfants étaient agressé-e-s sexuellement à l’école !

DE FAIT, ON NE PEUT PAS PARLER D’EDUQUER LES FILLES EN INDE, AVANT DE S’ASSURER TOUT D’ABORD QU’ELLES SOIENT EN SECURITE DANS LES ECOLES. LA QUESTION EST LA SUIVANTE : LE PREMIER MINISTRE ET LE GOUVERNEMENT PRENDRONT-ILS DES MESURES ADMINISTRATIVES ET LEGALES CONCRETES AFIN DE GARANTIR LA SECURITE DES ECOLIERES ?

CLIQUEZ ICI pour lire l’histoire de la victime du viol collectif de Suryanelli,  l’un des cas de viols collectifs les plus médiatisés et violents en Inde, dont la victim était une écolière kidnappée et vendue par le conducteur de son bus scolaire, puis prise en otage et violée par 42 hommes en 40 jours. Récemment, dans la ville de Kolkata, quand des étudiant-e-s se sont regroupé-e-s pour protester contre le manque d’action de l’Université contre une agression sexuelle collective sur la personne d’une étudiante sur le campus, le vice-chancellier a appelé la police, qui a ensuite agressé physiquement et sexuellement 16 des manifestantes. 

Cliquez ici pour en savoir plus (en anglais) .

Le vice-chancellier les a ensuite informées que telle était la réponse appropriée à leur « indiscipline ».

Ci-dessous, quelques extraits seulement des rapports de presse sur les violences faites aux filles et femmes, entre autres dans les écoles au cours de la dernière année en Inde portés à l’attention de notre campagne (tous les liens sont en Anglais).

 

Ecolière Kidnappée, Traînée d’Endroit en Endroit et Violée Collectivement Pendant 2 Jours (Maharashtra) CLIQUEZ ICI

Ecole pour les Aveugles Essaie de Taire le Viol d’une Etudiante par ses Employés en Payant les Parents (Bengale Occidental)  CLIQUEZ ICI

Professeure Violée Collectivement dans sa Classe (Rajasthan) CLIQUEZ ICI

Conducteur de Bus Scolaire et son Assistant Violent une Fillette de 11 and (Maharashtra) CLIQUEZ ICI

Ecolière de 11 Ans Violée et Tuée (Maharashtra) CLIQUEZ ICI

Jeune Fille de 14 ans Enlevée et Violée Collectivement sur le  Chemin de l’Ecole (Agra) CLIQUEZ ICI

Jeune Fille de 17 Ans Abattue par l’Homme Qui La Harcelait Depuis des Mois (Bengale Occidental) CLIQUEZ ICI

Conducteur de Bus Scolaire et son Assistant Violent Collectivement une Elève de 4 Ans à l’Intérieur du Bus (Maharashtra) CLIQUEZ ICI

Etudiante de 21 Ans Violée et Immolée Par le Feu par son (Uttar Pradesh) CLIQUEZ ICI

Fillette de 6 Ans Violée Collectivement Par ses Rpofesseurs dans une Ecole Privée; l’Ecole Refuse Toute Responsabilité (Karnataka) CLIQUEZ ICI

Une Ecolière de 9 Ans a été Kidnappée et Violée Par Un COnducteur de Pousse-pousse  (Delhi): cliquez ici

Une Fillette de 3 Ans Agressée Sexuellement à l’Ecole Maternelle (Bengale-Occidental)  CLIQUEZ ICI

Une Etudiante Infirmière Est Violée Dans l’Enceinte d’une Ecole Privée Après y Avoir été Attirée par des Sucreries Par une Employée (Lucknow)  CLIQUEZ ICI

Un Enseignant Diplômé en Droit Assassine Pour la DotA School Teacher and Law Graduate Murders For Dowry (New Delhi) CLIQUEZ ICI

Tentative de Viol et de Meurtre d’une Interne Dans ses Fonctions à l’Hôpital (Assam)CLIQUEZ ICI

Elève de 6ème Violée Collectivement et Immolée Par le Feu Par ses Violeurs, les Identifie Avan sa Mort (Bengale Occidental) CLIQUEZ ICI

Etudiante Violée Collectivement par ses Camarades de Classe (Lucknow) CLIQUEZ ICI

Fillettes Enlevées de leur Ecole Par des Hommes Armés, et Violées Collectivement (Jharkhand) CLIQUEZ ICI

Etudiante en Pharmacie Violée Collectivement Par ses Camarades de Classe, Puis Tuée Par le Feu (Madhya Pradesh) CLIQUEZ ICI

Ecolière Violée Collectivement Par son Petit Ami et ses Amis (Bihar) CLIQUEZ ICI

Directeur d’Ecole Dans le Tamil Nadu Immole son Epouse par le Feu pour la Dot (Tamil Nadu) CLIQUEZ ICI

Adolescente Victime d’un Viol Tente de se Suicider Après que son Violeur et Professeur Est Libéré Sous Caution ! (Goa) CLIQUEZ ICI

Ecolière Issue d’une Tribu Violée Par le Directeur de son Ecole (Orissa) CLIQUEZ ICI

Peine de Mort pour les Accusés du #ViolCollectifdeDelhi, mais s’agit-il d’une Justice #Partielle ?

Traduit de lOriginal par Roxane Metzger
Gangrape-convicts_1579785gNeuf mois après les terribles agression et viol collectif d’une étudiante dans un bus à Delhi, le 10 septembre 2013, un tribunal indien a condamné des coupables. Il a déterminé que 4 des 6 hommes impliqués étaient coupables de viol collectif et de meurtre, et a prononcé que leur intention avait été de donner la mort. Le tribunal a indiqué que le fait de l’avoir éventrée avec une barre de fer, de l’avoir jetée hors d’un bus en mouvement, puis d’avoir essayé de l’écraser, était l’équivalent d’une intention de donner la mort.

Le 13 septembre, le tribunal a condamné les 4 hommes à mort, selon la loi indienne autorise la peine capitale pour punir « les plus rares des affaires rares ». Un autre homme impliqué, celui qui avait utilisé la barre de fer, et qui était le plus brutal du gang, a été jugé en tant que jeune, et donc condamné à la peine légère de 3 ans dans une maison de correction, en accord avec la loi indienne. Le sixième homme, mort en prison, s’est apparemment suicidé.

Cependant, une question subsiste. Et, alors que l’affaire monte vers les tribunaux les plus hauts, nous espérons que le public et les médias vont faire pression afin d’obtenir des réponses aux questions sans réponses listées ci-dessous.

Les réponses à ces questions sont très importantes pour deux raisons :

1) Afin de s’assurer qu’une justice complète est faite à la victime.  Ceci veut dire que tous ceux qui ont été impliqués dans l’affaire, du moment des faits au moment de la mort doivent répondre légalement de leur rôle.

2) Afin de s’assurer que cette affaire soit bien un tournant pour un changemet plus large qui va bouleverser le système social, politique, criminel, légal et judiciaire, qui ne tolère pas seulement l’escalade de violence contre les femmes en Inde, mais la perpétue également à travers la misogynie rampante, l’apathie et la corruption.

VOICI LES QUESTIONS:

1) LE RÔLE DE LA POLICE: L’ami de la victime, qui a aussi été tabassé et qui est le seul témoin de l’affaire ayant Lire la suite

En Quoi l’Annihilation des #Femmes Indiennes est-elle un #Génocide?

par Rita Banerji

Traduit de l’original par Roxane Metzger

poster designed by Abro. All Rights Reserved. This poster is at The Library of Congress, Washington D.C.

Poster conçu par Abro ©. Tous Droits Réservés. Ce poster se trouve à la Bibliothèque du Congrès à Washington D.C.

Quelqu’un m’a laissé un message sur mon site flickr, en réaction à un de mes posts  sur le génocide féminin en Inde. Il m’a écrit, « le mot ‘génocide’ ne s’applique pas ici; son utilisation dans ce contexte ne fait que dégrader le mot ».  Je lui ai demandé de m’expliquer pourquoi. Ce à quoi il a répondu: « Cette situation ne correspond pas à la définition légale d’un génocide [selon] la Convention sur la Prévention et la Répression du Crime de Génocide de l’ONU de 1948 (CPRCG). »

L’Article de l’O.N.U. définit le génocide comme:

(a) Le meurtre de membres du groupe;

(b) L’atteinte grave à l’integrité physique ou mentale de membres du groupe;

c) La soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle;

d) La prise de mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe;

e) Le transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe.

J’ai donc contre-argumenté. « Il s’agit précisément d’un génocide selon cette définition du génocide. »  Les femmes sont tuées en Inde à toutes les étapes de la vie, avant et après la naissance, simplement parce qu’elles sont du sexe féminin. Ceci n’arrive pas aux garçons et aux hommes! Il s’agit de l’élimination DE MASSE, CIBLÉE contre un groupe en particulier.

Plus de 50 millions de femmes  ont été éliminées en Inde en 3 générations. Plus d’un million de fœtus féminins  sont avortés de manière sélective chaque année. Les compagnies médicales occidentales se bousculent pour procurer à ce marché misogyne des technologies novatrices. Des milliers de nouveaux-nés féminins sont étranglées, noyées ou Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :